lundi 1 juin 2020 | Login
mercredi, 28 août 2019 14:22

Yokohama - Le Président de la République, João Lourenço, est arrivé mardi à Tokyo (Japon) à 6 heures, heure locale, 22 heures de lundi en Angola, pour participer du 28 au 30 novembre, à Yokohama, à la 7ème Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l?Afrique (TICAD7).

 

Dans ce voyage, le président João Lourenço se fait accompagner de la première dame, Ana Dias Lourenço.


Le mercredi, premier jour de la conférence, João Lourenço intervient lors du panel "Accélérer la transformation économique et améliorer le climat des affaires grâce à l'innovation et la participation du secteur privé", où il présentera les "atouts" pour attirer les investissements vers l’Angola.

Le Chef de l'Etat angolais prévoit une rencontre, en marge de l'événement, avec le Premier ministre Shinzo Abe, jeudi après-midi.

Le dernier jour de la mission, le Président angolais participera, avec d'autres invités, à un "thé de l'après-midi" offert par l'empereur Naruhito au palais impérial de Tokyo.

L’homme d’État angolais, invité en mai dernier par le Premier ministre japonais à la TICAD 7, devient le premier président angolais à participer à cet événement d’interaction économique, qui existe depuis 1993.

A son investiture le 26 septembre 2017 en tant que Président de la République, João Lourenço avait élu le Japon comme l'un des partenaires de la coopération stratégique de l'Angola.

Les Japonais suivent avec satisfaction et soutiennent les réformes en cours en Angola entreprises par le Président João Lourenço, notamment la lutte contre la corruption et le népotisme, l'amélioration du climat des affaires, afin d'attirer les investissements privés.

L’Exécutif angolais souligne l’importance de la participation de l’Angola à la TICAD 7 et de la volonté de maintenir une coopération stratégique avec le géant asiatique, 3ème économie mondiale et membre du G7.

En Angola, grâce à la coopération entre les deux États, le Japon participe depuis 1976 à la réhabilitation et à la construction d'infrastructures de qualité, telles que le port commercial de Namibe et les trois principales industries textiles (Satec, Alassola et TextangII).

Il est également responsable du financement des équipements et des services nécessaires à l'installation du câble sous-marin transatlantique à fibres optiques Angola Cables.

En Angola, le Japon participe également au programme de déminage et soutient des projets dans le secteur de la santé.

 
mercredi, 28 août 2019 14:12

Luanda - L'Angola n'a pas enregistré de cas de torture ou de mauvais traitements, a affirmé mardi à Luanda, le secrétaire à l'Intérieur, José Bamoquina Zau.

Le responsable a souligné que l'État restait déterminé à promouvoir et à défendre les droits de l'homme, conformément aux conventions et traités internationaux auxquels il est partie.

José Bamoquina Zau intervenait à l'ouverture du séminaire sur la Convention des Nations Unies contre la torture et les traitements cruels, inhumains et dégradants qui se déroule les 27 et 28 août.

Selon le secrétaire d'État à l'Intérieur, la torture est reconnue comme l'une des principales violences contre l'homme.

Dans cette perspective, a-t-il poursuivi, l'Exécutif angolais corrobore avec l’Amnistie Internationale, qui définit la torture comme une action consistant à briser l'esprit humain, à vaincre toute résistance physique, psychologique et émotionnelle provoquée par la souffrance.

À son avis, la tenue de ce séminaire témoigne de la volonté de l'Exécutif de s'associer à la communauté internationale pour garantir l'application des instruments juridiques internationaux interdisant la torture et toutes les formes de cruauté et d'humiliation.

La République d'Angola, en tant qu'état de droit démocratique et dans le cadre de la stratégie nationale à moyen terme en matière de droits de l'homme, à mettre en œuvre de 2019 à 2022, a ratifié plusieurs traités internationaux en vue de renforcer le système juridique.

Les instruments juridiques ratifiés sont la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale, le Deuxième Protocole facultatif se rapportant au Pacte international relatif aux droits civils et politiques, concernant l'abolition de la peine de mort.

Dans l'action formative organisée par le Ministère de la Justice et des Droits de l'Homme, des sujets tels que «la définition et le contexte de la torture et des mauvais traitements», «l'introduction aux instruments africains et la législation angolaise », «la gestion et la réforme» sont au menu de l’atelier.

Le séminaire sera animé par des conférenciers du Brésil et des Nations Unies.

A rappeler que l'Angola a ratifié cette année la Convention des Nations Unies contre toutes les formes de torture et les traités cruels, inhumains et dégradants.

 
 
mercredi, 28 août 2019 14:02

Luanda - Le ministère des Ressources minérales et du Pétrole (MIREMPET) lancera cette année un appel d'offres public international pour la construction d'une raffinerie de pétrole de capital privé dans la municipalité de Soyo, province de Zaire.

Cet appel d'offres a lieu en vertu de la loi n ° 9/16 du 16 juin «Loi sur les marchés publics», applicable à la formation et exécution de marchés publics de travaux, à la location ou à l'acquisition de biens mobiles et de services conclus par une entité adjudicatrice publique.

C’est ce qu’informe un communiqué de cette institution parvenu lundi à l’Angop, indiquant que le calendrier de présentation du projet et la date de début de l’appel d’offres, le programme, le cahier des charges et les autres documents d'appel d'offres seront bientôt annoncés.

Le lancement de l'appel d'offres public international pour la construction de la raffinerie de Soyo dans la province de Zaire découle de l'ordonnance présidentielle n ° 150/19 du 16 août, qui autorise également ses dépenses.

 À la lumière de ce diplôme, le ministre des Ressources minérales et du Pétrole est autorisé, avec le pouvoir de subdéléguer, à la pratique de tous actes décidés, y compris l’approbation de certaines parties de la procédure, la nomination des comités d’évaluation et de négociation.

A cet effet, le ministre des Finances est responsable de la disponibilité des ressources financières pour l'exécution des contrats du projet.

Avec cela, l'Exécutif entend soutenir le développement du secteur pétrolier et gazier en augmentant la capacité nationale de raffinage et en développant les industries pétrolières dans des conditions concurrentielles, garantissant ainsi l'autosuffisance du pays en ces produits.

La construction de la raffinerie de Soyo fait partie d'un programme qui inclut également la construction de telles installations à Cabinda et Lobito, ainsi que la rénovation de celle de Luanda. Elle aura une capacité de traitement allant jusqu'à cent mille barils de pétrole brut par jour.

 
 
mercredi, 28 août 2019 13:46

Luanda - Le ministère de l'Environnement a démenti lundi que les incendies survenus dans la forêt amazonienne (Brésil) soient comparables aux incendies enregistrés en Angola, en particulier, et en Afrique, en général.

 
Dans un communiqué de presse, concernant les informations selon lesquelles il y aurait un grand nombre d'incendies en Angola, le ministère de l'Environnement admet l'existence de brûlures, mais nie qu'il existe des raisons pour un drame.


Le département ministériel précise que les événements détectés par le satellite Modis (spectre radiométrique modéré de définition d'image) peuvent conduire à une dramatisation de la situation et à la désinformation des plus imprudents.

Il fait remarquer qu'à cette période de l'année, dans diverses régions du pays, des paysans brûlent pendant la préparation des terres pour la culture.

Il fait valoir que ces pratiques, même si elles ne sont pas bonnes, sont coutumières et gérables, contrairement à l’Amazonie.

Selon le ministère de l'Environnement, une autre raison des incendies est liée à la production de charbon de bois dans presque tous les pays.

Dans le document, le ministère de l'Environnement indique qu'en étroite coordination avec le ministère de l'Agriculture et des Forêts et d'autres partenaires, il collabore avec les populations rurales pour leur inculquer les concepts et les connaissances nécessaires à la gestion durable des forêts communautaires et montrer les avantages de les préserver.

 
 
mercredi, 28 août 2019 12:15

Luanda - L'équipe nationale masculine senior de basketball s'est inclinée 76 à 91 devant la République de Corée ce mardi matin, terminant quatrième et dernière du tournoi international des quatre nations, qui se termine le même jour à Séoul.

Tournoi qualificatif à la coupe du monde de basketball Chine 2019

Avec deux victoires chacune, les équipes de la République tchèque et de la Lituanie jouent à 11 heures pour les première et deuxième places, tandis que la Corée s’est classée troisième avec une victoire et deux défaites.

L'Angola a enregistré trois défaites en même nombre de match après avoir été battu par ses homologues de la République tchèque (65-84) et de la Lituanie, 56-91.

L'équipe nationale se prépare à participer à la Coupe du monde de la Chine 2019, qui débutera samedi prochain (31) contre la Serbie. Le 2 septembre, elle affrontera l’Italie et le 4 contre les Philippines, en match de la dernière journée du groupe D.

Depuis le 8 de ce mois en stage pré-compétitif sur le continent asiatique, l’Angola a participé à deux tournois, et en six matches, il n’en a remporté qu’un seul, contre la Croatie (93-73). En plus des défaites ci-dessus, il a perdu lors du premier tournoi contre la Chine (62-73) et Porto Rico (64-66).

L'entraîneur Wilian Voigt a à sa disposition les athlètes Carlos Morais, Leandro Conceição, Gerson Gonçalves, Valdelício Joaquim, Reggie Moore, Gerson Domingos, José Antonio, Eduardo Mingas, Leonel Paulo, Yannick Moreira, Olímpio Cipriano et Hermenegildo Mbunga.

 
 
lundi, 19 août 2019 06:03

Luanda - L'équipe nationale a remporté dimanche, à Luanda, la médaille d'or du tournoi d'échecs de la 10ème édition des Jeux de l'Organisation Régionale de la Police de l'Afrique Australe (SARPCCO), qui se sont disputés en Angola.

 

L’Angola, vainqueur de la dernière édition, a décroché le titre avec 11 points, suivi du Zimbabwe avec 8,5 points, alors que le Mozambique a terminé en troisième position avec 3 points...

 
 
lundi, 19 août 2019 06:01

Luanda - Le Petro de Luanda a fait match nul (2-2) samedi à Benguela contre le nouveau promu Wiliet local, lors de la première journée du championnat national de football de première division, Girabola2019 / 20, joué au Stade d'Ombaka.

 

Les pétroliers ont pris l’avantage à deux reprises mais n'ont pas été en mesure de les conserver, permettant ainsi l'égalité même pendant la période de compensation (90 + 3). Tony, à quatre minutes, et Yano (60 ') ont marqué pour Petro, tandis que João Vala, à 11 minutes, et Quinho (90 + 3) l'ont fait pour l’équipe hôte, contredisant le favoritisme des visiteurs.

A son tour, la Sagrada Esperança de Lunda Norte a battu l'Interclube 4 à 1 après avoir été menée à la 6e minute de la rencontre suite à l’auto but de Castro.

Les buts de la Sagrada Esperança ont été signés par Giresse (24 '), Simão (28'), Mussá (67) et Femy sur 80 minutes.

Le Primeiro d’Agosto est le détenteur du titre.

 
 
lundi, 19 août 2019 05:58

Ndalatando - Au cours des 17 dernières années, au moins 108 925 kilomètres de routes et 9 668 kilomètres de lignes électriques ont été nettoyés dans le pays, a informé vendredi la ministre de l'Action sociale, de la Famille et Promotion de la femme, Faustina Fernandes Alves.

 

La gouvernante qui a fourni ces données à Ndalatando, province de Cuanza Norte, lors de l’ouverture de la Campagne nationale pour la prévention et le suivi des risques liés aux mines et autres engins explosifs et vestiges de la guerre, a également ajouté que 10 000 kilomètres supplémentaires pour où sont passés des câbles à fibres optiques avaient également été dégagés.

Faustina Fernandes Alves a indiqué que, malgré les actions de déminage menées par l'Exécutif et ses partenaires, le pays a encore des zones minées, car au cours des deux dernières années (2017/2018) et du premier semestre de 2019, il y a eu 70 accidents de mines et des ustensiles de guerre qui ont tué 156 personnes, dont 87 enfants.

En dépit du travail déjà accompli, elle a signalé que 1 200 champs de mines sur les 33 293 recensés après la fin du conflit armé dans le pays en 2002 étaient en attente du nettoyage dans le cadre du programme national de déminage.

Elle a cité les provinces de Cuando Cubango, avec 267 zones minées, Moxico avec 247, Cuanza Sul avec 137 et Bie avec 125, comme les territoires du pays où le pourcentage de mines était le plus élevé.

Au cours de la même période, il a également été libéré du danger des mines 3 218 kilomètres de voies ferrées et 1 336 kilomètres de conduites d’eau et de canaux d’irrigation permettant la circulation des personnes et des marchandises, a-t-elle poursuivi.

La gouvernante a ajouté qu'au cours des 17 dernières années, l'Exécutif et ses partenaires avaient "lourdement" investi dans le déminage, garantissant ainsi le déminage de 2 090 des 3 293 zones identifiées comme suspectes des mines.

Au niveau de la province de Cuanza Norte, 136 zones de mines présumées ont été identifiées et 29 331 unités de munitions non explosées ont été déclassées depuis 2004, date à laquelle 18 incidents impliquant des mines ont été enregistrés.

La campagne nationale sur l'éducation et la prévention des risques liés aux mines et d'autres engins de guerre explosifs restants, une action de l'Exécutif angolais, coordonnée par le Ministère de l'Action sociale, de la Famille et Promotion de la femme (MASFAMU), se déroulera sur une période de 24 mois dans tout le pays, à travers des conférences, de réunions communautaires, de théâtres et d’autres techniques de sensibilisation et d’éducation.

Le projet vise à réduire le nombre d'accidents par mines et autres restes de guerre sur tout le territoire national, à élever la conscience et la promotion des attitudes de prévention et de sécurité au sein de groupes considérés comme non vulnérables (public des grandes villes, touristes, pèlerins, entrepreneurs, entre autres).

Inséré dans le cadre du Plan de développement national 2017/2022 et dans le Plan stratégique d'action anti-mines 2018/2025, le programme sera développé par des experts et des activistes dûment formés, avec le soutien des médias, par la diffusion de spots éducatifs produits en portugais et langues locales.

 
 
lundi, 19 août 2019 05:51

 

Dar es Salaan - Le nouveau Président en exercice de la SADC, John Pombe Joseph Magufuli, a souligné samedi à Dar es Salaam que la paix, la sécurité et la stabilité obtenues par les pays membres de l'organisation sont les fruits des efforts et engagement de leurs dirigeants.

John Magufuli, également président de la République Unie de la Tanzanie depuis 2015, intervenait à la cérémonie d'ouverture du 39e Sommet ordinaire des Chefs d'État et de Gouvernement de la SADC, à laquelle l'Angola est représenté par le Président de la République, João Lourenço.

Le nouveau dirigeant de la SADC, qui a reçu le même jour son homologue namibien, Hage Geingob, président sortant du bloc régional le mandat d’un an, a déclaré que la paix et la sécurité constituaient les bases de la mise en œuvre des programmes politiques, économiques et sociaux en vue du développement des peuples de la région.

Il a évoqué de manière générale les défis, les objectifs et les perspectives de la région, tout en reconnaissant l’existence de conflits latents dans certains pays, appelant de ce fait l’unité et les efforts des acteurs à rechercher des solutions pacifiques en vue du maintien de la paix et de la stabilité.

«Nous sommes également confrontés au terrorisme, au crime organisé, à la sécheresse et à la famine qui sévissent toujours dans notre région. C'est pourquoi nous devons continuer à travailler ensemble pour relever ces défis », a affirmé le Chef de l'Etat tanzanien.

À son tour, le président sortant de la SADC, Chef de l’État namibien, Hage Geingob, qui s’est également exprimé lors de la cérémonie, s’est dit satisfait de la poursuite du processus de consolidation des principes démocratiques, qui prévoit une gouvernance efficace, citant le cas du Malawi, de la R.D. Congo, Madagascar et du Zimbabwe, pays qui ont récemment tenu des élections libres.

Hage Geingob a également souligné les progrès accomplis par l'organisation, mettant particulièrement l'accent sur l'intégration régionale, l'industrialisation et le développement durable dans le but de lutter contre la faim, la pauvreté et la misère.

Lors de la même cérémonie, la secrétaire exécutive de la SADC, Stergomena Lawrence Tax, a plaidé pour la nécessité pour les États membres de diversifier leurs sources d’énergie. "L'énergie est fondamentale pour l'industrialisation de la région", a-t-insisté.

 «Nous devons augmenter la productivité, donner plus d’espace et de propriété politique au secteur privé, en particulier aux petites et moyennes entreprises, faire attention à l’égalité des sexes et renforcer les capacités des jeunes», a ajouté la responsable de l’organisation régionale.

Ont également intervenu au cours de la session, les Présidents de l'Union des Comores, Azali Assoumani, en qualité de nouveau membre de la SADC, de Madagascar, Andry Nirima Rajoelina, et de la République démocratique du Congo, Félix Tshisekedi, ces deux derniers pays ayant récemment réalisé des élections.

Ces dirigeants participent pour la première fois au sommet.

Avec la présence de 16 Chefs d’État ou de Gouvernement des pays de l’organisation régionale, le Sommet discute ce dimanche (18) de questions d’intérêt politique, économique et social, notamment la mise en œuvre de la stratégie et de la feuille de route pour l’industrialisation de la région sur la période 2015-2063.

La stratégie d'industrialisation de la SADC, adoptée en avril 2015, vise à réaliser une économie plus avancée et une transformation technologique aux niveaux national et régional afin d'accélérer la croissance par le développement industriel.

La SADC est confrontée à plusieurs défis, notamment l'intégration économique dans un espace régional de plus de 200 millions d'habitants.

Au cours du Sommet, trois programmes d'appui à la mise en œuvre de la devise de la réunion devraient être approuvés, à savoir le Soutien à l'amélioration de l'environnement des investissements et des Négoces (SIBE), le Soutien à l'industrialisation et aux secteurs productifs (SIPS) et le Programme de facilitation du commerce.

La SADC, qui a succédé à la SADCC, a été créée en 1992 pour promouvoir la coopération et l’intégration socio-économiques et pour intensifier la coopération dans les domaines politique et de la sécurité entre les États.

L'Angola, l'Afrique du Sud, le Botswana, la République démocratique du Congo (RDC), les Comores, l’E-swatini (ex-Swaziland), le Lesotho, Madagascar, le Malawi, Maurice, le Mozambique, la Namibie, les Seychelles, la Tanzanie, la Zambie et le Zimbabwe font partie du bloc régional.

 
 
mardi, 13 août 2019 13:45

KINSHASA - Le cycliste angolais Helder Jorge a pris la 2e place du classement général de la 7e édition de la tour RDCongo qui s'est terminée le dimanche 11 août 2019 et a été remporté par le cycliste rwandais Jean-Claude Nzafashwanayo.

Pour la sixième et dernière étape à Kinshasa, capitale de la RDC, les cyclistes devaient parcourir une distance de 100 kilomètres entre Safari Beach, dans la commune de N’sele et le Boulevard Triomphal, situé en face du Parlement congolais.

La 7ème édition de la Tour cycliste internationale de la RDC a débuté le 3 août 2019 dans la ville portuaire de Boma, dans la province du Kongo Central, avec 67 cyclistes sur un terrain montagneux de 120 km reliant les villes de Boma et Matadi.

Onze (11) nations divisées en douze (12) équipes ont participé à cette 7ème édition de la tour de la RDC, à savoir l'Angola, le Bénin, le Burundi, le Burkina Faso, le Cameroun, la Côte d'Ivoire, le Togo, la France, les Pays-Bas, le Rwanda et la RDC, pays d'accueil

 
Page 1 sur 17

News Letter

Abonnez-vous à notre newsletter pour obtenir une mise à jour instantanée à tout moment

INFORMATIONS LÉGALES

Ambassade de l’Angola en RDC 4413, Boulevard du 30 Juin

Kinshasa-Gombe Tél. : + 243 970 100 857

Email: sttimdkin@yahoo.fr l contact@ambassadeangolardc.org

Du lundi au vendredi : de 9h00 à 16h000